Dans le cadre de la fête votive organisée par l'association l'Assaut à Vernoux en Vivarais, puis Lamastre pour la fête nationale, présentation de l'intervenant musical.


Ven 7 / sam 8 / dim 9 juillet 2017
Vernoux en Vivarais, 07240, place Beauregard.
Manèges, buvette, snack, animation en journée dans le village.
Horaire du bal: 20H - 00H30

Jeudi 13 juillet 2017
Lamastre, 07270, chez Babette, place de la place.
Bar restaurant.
Horaire du bal: 18H - 00H30

 

 

.Enfin l'occasion de fourbir mes armes sur ce terrain dangereux de la discomobile, le bibliobus subversif tenu par un fou. La musique ne fut pas tendre avec moi. Pourtant, en amant éperdu, je ne l'ai jamais quitté. Jacque a dit, l'ombre de ton chien. Règles auxquelles il ne faut jamais déroger lorsque l'on prétend diffuser une playlist à haut volume. Bosser à bloc et en boucle pour le temps imparti. Et surtout, paradoxalement à ses choix d'appropriation, avoir quelque chose à dire au sens d'une histoire qui se raconte dans cet enchevètrement organisé. Formule magique qui n'empèche pas les fours à la fête du jambon mais incarne bien l'ange antédiluvien téméraire venu conquérir le parquet du bal, chevauchant son destrier calé à la feuille. Ca va chier des bulles. La cure de Jouvence par paquets d'douze, avec posologie lourde, les suppositoires. Le cahier des charges est simple. Place de village, fête votive, tout public, TurboSound. Le plan général d'action un cas d'école. Une solide assise composée de morceaux de grande audience des trentes dernières années suscitant empathie et souvenirs fondateurs, socle de belles échapées modernes venant construire la passerelle entre connu et inconnu. Proposer, avec sensibilité, de nouveaux champs de résonance tout en respectant le sentiment d'appartenance à des repaires de large popularité. Ménager la chèvre et le choux, à savoir que les deux passeront l'hiver, tout le monde survivra. Point d'orgue de cette procession, l'épreuve révocatrice de la groove, et par prolongement naturel la danse. Le pistefloor est un juge implacable qui ne supporte pas le vide. Il n'en restera qu'un, le pas chassé, prémice d'un mouvement frénétique de la jambe, symptôme résurectionnel de l'inné englouti. Que fait l'enfant dès ses premiers exploits à la verticale, et ben y danse. C'est ça mon "jaube", abattre par salves les remparts soporifiques nuisibles à l'avènement de ce qu'il y de plus primaire, l'instinct de vie. Quand le démon de la "dance" s'encanaille de subterfuges, le chaland s'envisage en Travolta, parole d'évangile. Alors, le sourire d'un auditeur, une main sur l'épaule et j'emmagasine tel le lithium où la silice plus d'énergie qu'une pile à combustible au fond d'un kangourou burné. C'est en Stakhanov que je frappe le gore pour engraver à même la roche les fondations nécessaires au structuralisme sonore définitif. Esclave du beat, le number of the beast, c'est Leboncoin qui l'a choisi, 07, Ardéche libre.
Pour conclure, j'insterai sur le fait que j'éprouve une grande fierté à poser du son pour des évènements à Vernoux, ma commune, et Lamastre. Manquait plus que le Cheylard et je partai à l'international. Symboliquement, apporter ma pierre à l'édifice de la plus essentielle des façons, merci les filles, merci Dédé et Babette car trente heures de diffusion en cinq jours pour un gourmand, c'est le Panthéon. Dans le jargon des initiés, une Beauduc, et ça finit toujours par des mots d'amour au rouge à lèvre sur les camions.

..................................................................................................................Nico